La vallée


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 un petit conte...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
violaine

avatar

Féminin Nombre de messages : 2860
Age : 51
Localisation : st romain
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: un petit conte...   Ven 3 Nov 2006 - 0:50

Il était une fois, un petit chaperon rouge.



On l'appelait ainsi parce qu’il en était au 12°, d'ailleurs, il ne fallait pas augmenter,parce qu'il serait devenu le petit chaperon mauve, et là, le titre n'aurait aucun sens.

Donc le petit chaperon rouge devait apporter du coulant (sans OGM, 100 % bio) à sa mère-grand, qui n'était en fait pas plus grande qu'un dé à coudre.

Il fallait donc qu'elle traverse la forêt ; balade périlleuse, surtout pour les calanches de rouge qui accompagnaient l'enfant. Enfin, il faut rester dans l'histoire...

Donc, la petite, les calanches et le panier de coulant (sans OGM, 100% bio) prirent la route.
Or, non loin de là, il y avait la dèche chez les loubards (qui deviendront par la suite, loups des bars, mais patience...).
Les temps étant durs : chômage, drogue, le prix de la vie et j'en passe et des meilleures, bref, le loup partit faire la quête à la messe ( mais qui croit en Dieu denos jours...), malheureusement, personne ne lui donna un penny, et pour cause on était en France, ( d'ailleurs bientôt il faudra dire Euro. = savoir : 1 Euro = 6,des broutilles Francs).

Il revint à la maison, en boitillant, forcément, il avait l'estomac dans les talons et ça le gênait un peu pour marcher.
En chemin, il vit le petit chaperon rouge, bien frais, bien tendre, bien portant...
Il s'approcha de lui pour lui mander où il allait.
Il ne pouvait pas le manger comme ça, sur la voie publique, et en plus il était très difficile à approcher tant ça reniflait, forcément c'était devenu une distillerie ambulante (nous y reviendrons plus tard. Surprise!) et les vapeurs d'alcool, vu la chaleur, ça pouvait vite faire chalumeau.


le petit chaperon rouge : Bonjour loup, je vais voir ma grand-mère, y parait qu'elle a un vieux marc des familles qu'elle cache de derrière les fagots.

le loup (qui était un peu innocent) : Mais comment se fait-il que tu transportes une charrette derrière toi?

le petit chaperon rouge : ben ça, c'est mon ravitaillement personnel.


Elle souleva le voile, et le loup vit une pleine charrette de pinard. Le petit chaperon rouge qu'était pas avare pour deux ronds décida de fêter leur rencontre et c'est ainsi, que périrent glorieusement deux litres de rouge.
Puis elle reprit son chemin avec son chargement.
Quant au loup, il revint chez lu en découvrant que le plus court chemin entre deux points n'est pas forcément la ligne droite, et que tout corps plongé dans la bibine subit des forces que nul ne saurait calculer.

Arrivé chez lui, pour la première fois depuis longtemps, il n'était plus à jeun.
Malgré tout, il se mit à l'ouvrage, commença par s'aiguiser les molaires, puis se mit en route vers chez la grand-mère.
Lorsqu'il y arriva, le petit chaperon rouge n'y était pas, alors, il frappa à la porte. La grand-mère ouvrit, mais il ne la vit pas car elle était trop petite, elle lui dit alors.


la grand-mère : Eh ! C’est toi le loup du conte, qui vient me bouffer?

Le loup, qui était ignare ne la crut pas et de toute façon, le pauvre ne savait pas lire. Il repartit en ne comprenant pas bien ce que lui avait dit la grand-mère. Il trouva bientôt le petit chaperon rouge qui devait en être à un bon demi-hectolitre:

le petit chaperon rouge : Salut le loup, on a la frite? Où vis-tu?

le loup (rusé!!!) : ben, je vais chez ta grand-mère, mais ne je sais pas où c'est?

le petit chaperon rouge : Ramène ta viande, j'y vais, t'as qu'à m'accompagner!

le loup : Je peux pas, il faut que j'y arrive avant toi, que je mange la vieille, et que je te mange toi ensuite.

le petit chaperon rouge : Attends, on va arranger ça.

Et Plock! Encore deux bouteilles qui connurent waterloo.
D'ailleurs contrairement au Petit Poucet, on pouvait suivre le petit chaperon rouge aux cadavres qu'elle laissait derrière elle, (à ne pas confondre avec Attila), et aussi à l'odeur particulière qui s'échappait d'elle.
Le loup repartit à la cabane et frappa à nouveau.
La grand-mère ouvrit, mais givré comme un glacier, il ne la vit pas ; c'est seulement, quand il entendit un petit bruit sec, qu'il comprit qu'il l'avait écrasée.
Il prit alors une cuillère dans le tiroir du buffet, ramassa les morceaux, et les avala.
Cela suffit à éponger la quantité de liquide qu'il avait bu avec le petit chaperon rouge.
Justement, on l'oubliait celui-là, c'est à ce moment qu'il arriva à la cabane.

elle frappa et le loup ouvrit.


le petit chaperon rouge : S’lut loup ! ( Et hop, deux litrons au cimetière.)

Et revoilà donc notre loup blindé comme un tank, (il faut préciser qu'à ce moment de l'histoire le petit chaperon rouge, était devenu un peu lourde, vu que tout ce qui était dans la charrette auparavant, était passé dans son ventre (problème de vases communicants), à part les bouteilles vides, qui indiquaient le chemin à suivre, elle n'avait rien perdu.). Comme elle comptait bien remplir sa charrette de nouveau (pour le retour), elle demanda au loup de vider la cave de la vieille pour la mettre dans la charrette.
Le loup s'exécuta volontiers, et demanda à son tour à la fillette de bien vouloir se mettre dans l'assiette. Le loup avait malgré tout été bien éduqué, et il se mettait toujours à table pour manger, et avec des couverts et une serviette nouée autour du cou !

Vu que l'autre était pleine comme une barrique, il la mit dans une grosse lessiveuse, rajouta ail, oignon, sel et poivre ainsi qu'une pincée de curry pour rehausser le tout, et la mit à cuire.

Ce qui devait arriver, arriva, avec la chaleur, la pauvrette laissa échapper certains gaz, et c'est ainsi que fut créée la première distillerie moderne.
Quand au loup, ma foi, il avait pris goût à l'alcool. Il repartit avec la charrette pleine de vinasse, et il but beaucoup de litrons et propagea ainsi la tradition de la collanche.

C'est depuis ce temps-là, que l'on entend hurler les loups, certains soirs ; lorsqu'ils sont beurrés comme des "petits lu", et qu'ils hurlent de plaisir...

violaine




Je m'excuse, auprès de tous, pour cette sombre histoire, issue d'une nuit tout aussi sombre, où la seule lumière que l'on vit, dut être celle de ma fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
http://picasaweb.google.com/violaine.duarye
 
un petit conte...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit conte charmant et drôle
» Le conte du petit hérisson qui ne piquait pas de l’intérieur – Jacques Salomé
» Le petit Chaperon Rouge
» petit craquage mais bien ciblé !
» L'histoire de petit Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La vallée  :: les mots :: vos textes et poemes-
Sauter vers: